Fiche compétences : dogsitter

compétences catsitter dogsitter
Le dogsitter doit avoir des dispositions pour s’occuper d’animaux, sans cela il risque d’être dépassé dans certaines situations. Soit dit en passant, il n’existe pas de dogsitter qui persisterait dans l’activité s’il perdait pied dans la gestion de l’animal ou le contexte. L’écrémage se fait de suite et la motivation fait de suite la différence, certains même font preuve d’un doigté surprenant dès le début, sûrement les habitués aux relations homme-animal.

L’approche d’avec l’animal est la carte de visite du dogsitter, puis avec respect et une souple autorité, la hiérarchie des rapports est de suite établie. Le dogsitter établi la confiance avec l’animal qui accepte sa soumission par habitude, surtout lorsqu’il a été normalement socialisé. Le passage dans les mains d’un comportementaliste est souvent un plus qui participe à l’avenir radieux de l’animal.

Il est vrai que chaque personne à une approche personnelle du rapport à l’animal et du travail à effectuer. Le résultat est le même, la motivation de base étant égale dans cette activité ou il faut donner beaucoup de soi.
Très généralement le dogsitter à le regard affûté par l’observation et sa connaissance, ses initiatives découlent de la pratique, souvent très longue pratique, car rien ne vient tout seul pas plus que par la lecture d’ouvrages.

Les stages ou lieux conviviaux ou se retrouvent les propriétaires d’animaux, parfois aussi les propriétaires-dogsitters sont des lieux de partage et d’échange au sujet des animaux. La pratique de l’agility montre bien que lorsque l’on sait manier son animal on n’est pas loin de ne plus avoir grand-chose à prouver à soi-même comme aux autres. Si des attestations ou diplômes sont délivrés c’est plus pour souder les personnes entre-elles qu’un parchemin à mettre sur le buffet du salon. Les attestations nécessaires délivrées par la DDPP ne font pas partie de ces attestations et concerne un autre aspect concernant la profession lorsqu’elle s’exerce dans un cadre juridique.

Parmi les compétences utiles développées par le dogsitter est la maitrise de l’animal en déplacement dans les transports ou bien dans un environnement bruyant ou peuplé. Le dogsitter sait s’adapter au niveau de socialisation de l’animal, notamment à sa capacité d’obéir au rappel (voir l’utilité de l’éducateur canin, du comportementaliste).

Savoir administrer des soins est aussi une preuve d’expérience, au moins pour des cachets, sans évoquer des soins par injection tout de même assez rares. Savoir décider en cas de besoin d’appeler le propriétaire pour lui signaler une anomalie majeure ou décider d’une visite chez le vétérinaire (tout le monde n’est pas malade tous les jours non plus !).

Un(e) dogsitter est à la fois maitre de substitution, nounou, ami(e) de l’animal et point de repère pour lui lorsque c’est la visite. Si vous avez reconnu votre profil, c’est que vous êtes déjà dogsitter pour de vrai ou dans l’âme.

Google