Sontag, Braque de Weimar

braque-300x168-compressor

J’ai découvert cette race et mon attention a été retenue par sa robe de velours marron clair. De suite, le courant est passé entre nous, nous pouvons ainsi dire que nous nous sommes choisis, ou du moins acceptés à l’instant.
Je pensais à un grand chien, plutôt une femelle à l’allure élégante, très mobile, mais douce dans ses mouvements. Des amis ont su que je recherchais ce type de chien et se sont donnés les moyens afin de m’en obtenir un, voilà comment ce fut fait, je suis son exclusif dogsitter particulier à domicile !
Sontag est très affectueuse, surtout avec moi et les proches, il me semble même qu’elle reconnaisse de suite ceux qui font partie du cercle des intimes.

Dans l’appartement elle est toujours calme, même au moment de sortir elle reste très policée. Puis une fois dehors au signal de courir, elle se déchaîne et revient pour repartir encore, jamais bien loin.

J’ai de la chance d’avoir la maîtrise de mon temps et de l’ordre des choses que je dois faire. Il lui arrive parfois de disparaître une dizaine de minutes, mais comme les enfants, je suppose qu’elle cherche à s’évader un moment laissant parler son instinct, son envie du moment.

Lors des marches de santé, nous faisons huit à dix kilomètres et je pense toujours à porter de l’eau pour elle. Je l’ai déjà vu boire un peu d’eau de mer qui ici n’est pas trop salée, je crois qu’elle reconnaît et que c’est son jeu. Elle obéit plutôt bien au rappel que je fais lorsque nous approchons d’autres gens avec des chiens, seulement pour qu’ils ne soient pas impressionnés par sa taille.

Je lui apprends des choses que je juge essentielles comme aller chercher quelqu’un, même si elle doit me perdre de vue, en fait j’essaye d’en faire un relais entre les autres et moi. Ce n’est pas encore gagné sans pour autant être mission impossible. Nos sorties ne font jamais moins de trente minutes, ce qui représente qu’un aller de quinze minutes. Quoiqu’un aller simple en ville dure une heure trente en moyenne, mais le retour se fait parfois en bus, parfois par le chemin inverse, soit seize ou vingt kilomètre, c’est selon. Une belle promenade de chien il faut dire !

Quelques-fois le samedi elle nous accompagne dans nos virées ici ou là, en bordure de mer ou en montagne. Je suis toujours équipé d’une trousse de premier secours tant je crains une blessure pour elle qui bouge beaucoup dans ces moments. Ces petites randonnées sont très plaisantes et permettent de nous découvrir mutuellement, parfois filer droit ou attendre l’autre, soit tourner dans mes jambes et me lécher la main en passant. Il y a des marques de tendresse au bout de la truffe humide du chien ou de sa langue.

A ce propos, Sontag n’est pas le « S » de son année de sa naissance, ce mot court m’est venu et c’est tout. Tout le monde la trouve belle, c’est le moins que l’on puisse dire.

Comme nous vivons en bordure de mer et que cette dernière est souvent assez calme, nous faisons parfois et trop rarement du kayak de mer. Le kayak est ouvert avec une possibilité de le mater (mettre un petit mat !) en cas de besoin ou juste pour varier. La place de Sontag est toujours à l’avant parce qu’elle aime tout surveiller. Elle reste tout le temps calme même en cas de surprise en accostage ou en pêche et ne s’excite jamais sur l’eau. Le kayak est de fabrication russe, c’est-à-dire solide et fonctionnel, un voisin retraité nous l’a rapporté lors d’un de ses voyages en Russie. Pour le moment, nous ne faisons que des excursions nautiques d’une journée, nous apprenons les courants et les vents.
Nous avions peur au début que Sontag file droit et nous fasse l’attendre des heures qu’elle veuille bien revenir, cela n’a jamais été le cas. Même en été lorsque la chaleur nous fait rechercher la fraîcheur elle reste près de nous attendant notre envie de repartir. Dans la nature il y a tant de choses à flairer, de pistes d’animaux à remonter, chienne de chasse à l’origine elle s’explose à fureter partout.
Nous en sommes à lui apprendre à monter ou remonter toute seule sur le kayak, puis s’assoir ou se coucher.
Les choses avancent et nous en sommes satisfaits jusque-là !

Google