Les animaux anonymes : Laïka et les autres

Chiens de l'espace

Comme les soldats envoyés au « casse-pipe » pendant la guerre, puis « honorés » comme héros, individuellement ou nommément les animaux ont aussi eu droit à cet effarant hommage. Le pigeon, le chien, le dauphin et bien d’autres se seraient possiblement passés de cette collaboration. Être désigné d’office n’est pas un acte de volontariat, pour autant que cela réduit la durée de vie, même les honneurs posthumes censés être éternels ne compensent rien.

Laïka un héros anonyme

Définie comme le résultat d’un croisement de terrier et d’husky (supposé), c’était une chienne de ville errante, sélectionnée parmi d’autres. Son nom de « célébrité » a été choisi sur le tard pour sonner bien, Laïka devait bien s’en accommoder.  Elle avait environ trois ans d’errance sous les réverbères des rues avant de se voir propulsée… comme une star. Deux autres chiens étaient en réserve selon les informations, nous supposerons davantage d’autres en attente. La docilité des chiens était un critère important afin de pouvoir rester immobilisés pendant la durée de l’expédition, l’étroitesse de la fusée et les appareils de contrôle fixés sur l’animal ne tolérant aucun débranchement, sans compter l’accès à la nourriture spécifique pour le vol.

Spoutnik 1 puis Spoutnik 2

Suite à la réussite de l’essai du premier satellite, le second lancement fut décidé dans la foulée avec les éléments matériels, humains et canins disponibles. Le délai restant à courir était de quatre semaines avant le lancement de Spoutnik 2 le 7 novembre 1957. La différence de poids des Poutnik est passée de 18 kg à 508 kg.

Laïka est morte quelques heures après le décollage à la suite de dysfonctionnements techniques de régulation de température élevée et du stress. Le court délai décidé pour la mise en orbite a été insuffisant pour affiner le matériel.

La suite

Le 14 avril 1958 au-dessus des Antilles la capsule s’est détruite en rentrant dans l’atmosphère. La capsule spatiale et le premier être vivant, terme peu approprié, contenant la dépouille de Laïka.

Il faut savoir qu’en plus de Laïka, une série d’appareils de mesure étaient les autres motifs du lancement.

Le satellite à effectué 2570 rotations à 1500 km au-dessus de la terre en cinq mois avant de finir désintégré consumé éparpillé dans les fonds de l’océan de La Barbade aux Antilles. Laïka, plutôt sa dépouille a parcouru plus de cent millions de kilomètres en 163 jours.

Laïka a fait les frais et prouvé qu’un être vivant pouvait aller dans l’espace, depuis des cosmonautes sont mêmes morts à décollage.

Après

Oleg Gazenko un des ingénieurs s’est ainsi exprimé : « Plus le temps passe, plus je suis désolé à son sujet. Nous n’aurions pas dû le faire… Nous n’avons pas appris suffisamment de cette mission pour justifier la mort de la chienne »

L’ultime satellite Spoutnik 10 a été lancé le 25 mars 1961, toujours depuis la base de Baïkonour. De 1957 à 1966, treize chiens ont été envoyés dans l’espace et seule Laïka n’était pas destinée à revenir vivante à l’entrée dans l’atmosphère, mais elle décéda avant.

Épilogue

Le 19 août 1960, deux chiennes Belka et Strelka et quelques animaux que l’on appelle maintenant des NACs ont effectué 18 rotations en 107 minutes et sont revenus vivants. Quelques mois plus tard, Strelka eu des petits, dont un fut offert a Caroline la fille du président Kennedy. D’autres vols ont suivi.

Google